Proposition de service avec le RécréoParc : Saint-Constant consulte ses citoyens
Consultation publique BCITI
Proposition de service avec le RécréoParc : Saint-Constant consulte ses citoyens

À la suite de plusieurs demandes concernant un possible accès gratuit à la plage du RécréoParc pour les Constantins, qui sera, par la suite, facturé à la Ville, nous lançons un sondage à nos citoyens pour valider le réel intérêt de la population. Afin de nous assurer qu’il n’y ait pas uniquement les gens intéressés qui participent au sondage, tous nos citoyens recevront un carton informatif par la poste, au cours de la semaine prochaine.

Situé à Sainte-Catherine, le RécréoParc offre une multitude d’activités, dont une plage, un camping urbain, une zone nautique, des sentiers, des parcs et des pistes cyclables. Cette proposition offrirait l’accès gratuit à la plage du RécréoParc, excluant le stationnement, aux citoyens de Saint-Constant.

La Ville souhaite donc connaître l’opinion de ses citoyens sur la question en lançant une consultation en ligne sur le portail citoyen BCITI dans la section « Consultations ». Vous avez jusqu’au 18 mars prochain pour y répondre. À la suite de cette consultation, les résultats et les décisions qui en découleront seront diffusés au saint-constant.ca pour en informer les citoyens.

Merci de votre participation 

Mise au point à la suite du communiqué « Climat toxique à la Ville de Saint-Constant » du SCFP section locale 2566

La Ville de Saint-Constant tient à rectifier les déclarations diffusées dans le communiqué publié ce matin par le Syndicat canadien de la Fonction publique (SCFP) section locale 2566.

Tout d’abord, sachez que la firme externe, Consultation RH Sarto Paradis, reconnue pour son expertise dans le milieu municipal, a procédé à une enquête indépendante effectuée à la suite d’une plainte de harcèlement psychologique exercée par certains employés cols bleus à l’égard d’un autre employé de la Ville.

Au cours de cette enquête, 21 employés ont été rencontrés individuellement pour recueillir leurs témoignages. L’ensemble de la preuve constituée a permis de conclure que les allégations d’agissements inappropriées sont fondées et s’inscrivent en infraction de la Loi et des politiques adoptées en vue de contrer le harcèlement psychologique en milieu de travail.

À la suite des conclusions de l’enquête, la Ville a procédé au congédiement d’un employé ainsi qu’à la suspension sans solde de trois employés, et ce, pour une période de 30 jours ouvrables.

Depuis que ces mesures ont été prises le 13 juillet dernier, plusieurs gestes d’intimidation, d’insubordination et de refus concertés d’effectuer certaines tâches ainsi que du temps supplémentaire ont été posés par certains cols bleus, situation endossée par le syndicat. À la Ville de Saint-Constant c’est vraiment du jamais vu de voir le syndicat défendre l’indéfendable et blâmer l’organisation, par voie de communiqué, du climat toxique instauré et maintenu par certains de leurs membres.

« Ayant à cœur d’assurer un milieu de travail sain et sécuritaire pour l’ensemble de nos employés, nous nous sommes dotés de politiques de prévention contre le harcèlement et la violence en milieu de travail. Nous sommes consternés par le fait que les instances syndicales banalisent et défendent des comportements aussi condamnables. Nous ne tolèrerons aucun harcèlement ni aucun autre agissement inapproprié au sein de notre organisation » mentionne le maire de la Ville de Saint-Constant, Jean-Claude Boyer.